Autour de Marcynéma

Le forum de toutes les discussions autour de l'association Marcynéma et du cinéma en général.
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 CINEMA COMIQUE EN FRANCE (NAISSANCE DU) / Roland Lacourbe

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Admin


Nombre de messages : 127
Localisation : Saône et Loire
Date d'inscription : 28/04/2007

MessageSujet: CINEMA COMIQUE EN FRANCE (NAISSANCE DU) / Roland Lacourbe   Sam 10 Nov - 2:29

NAISSANCE DU CINEMA COMIQUE
EN FRANCE





Tout comme le film d'aventures, le film policier, le western ou la reconstitution historique, le cinéma comique est né en France avec les premiers balbutiements du 7e Art. Le premier film comique n'est-il pas L'ARROSEUR ARROSÉ présenté par les frères Lumière à la projection cinématographique du 28 décembre 1895 ?
Par la suite, les premières scènes comiques seront tournées par Georges Méliès entre 1896 et 1913. Tandis que, parallèlement à certaines recherches encore malhabiles des Américains, " l'école de Boulogne " réalise en 1902 COUP DE VENT SUR LA PLAGE qui semble être l'ancêtre du film-poursuite.
Mais c'est surtout à partir de 1905 que l'école burlesque française va connaître une renommée internationale.
Avec Max Linder (1883-1925), tout d'abord. Son personnage est celui d'un dandy aristocrate, un fêtard un peu trop porté sur la dive bouteille et qui perturbe la quiétude des salons mondains. Sur ce schéma, Max Linder, de son vrai nom Gabriel Leuvialle, tournera ainsi près de 150 petits films de 1906 à 1915. Produits par Pathé, ses films connaîtront une grande popularité et Chaplin lui-même le considérera comme son maître...
André Deed (1884-1938), de son vrai nom André Chapuis, s'est acquis lui aussi une réputation enviée dès 1906 chez Pathé en incarnant le personnage caricatural de Boireau, un pantin au faciès enfariné, ahuri et grimaçant, dans des petits films réalisés par Albert Capellani. Venu du café-concert, ancien acrobate aux Folies-Bergère et au Chatelet, son comique est à base d'absurde et sa popularité constante portera atteinte au grand Max Linder lui-même.
Né à Paris, ancien dessinateur humoristique de l'hebdomadaire " Pêle-Mêle ", Jean Durand (1882-1946) sera le plus grand réalisateur de films comiques français du début du siècle. Travaillant tour à tour pour la maison Pathé, la société Lux ou les établissements Gaumont, il dirigera près de 400 petits films de 1908 à 1914, avec une troupe de comédiens originaires du café-concert et du cirque surnommés les " Pouics " (tels Aimos, Bertho, Gaston Modot). Parmi les créations comiques de l'école Jean Durand, la série des Calino (1907-1911), des Zigoto (1911) et surtout des Onésime (1911-1914), personnage proche du clown Auguste créé par le comédien Ernest Bourbon, obtiendront un grand succès.
Charles Prince (1872-1933), connu sous le sobriquet de Rigadin, fut en fait le seul rival sérieux de Max Linder. Venu du Palais-Royal, il fut dirigé par Fernand Rivers à partir de 1910 et sa gloire succéda à celle de Max Linder à partir de 1914, au moment où la mauvaise santé de ce dernier le contraignit à une éclipse temporaire.
Tous ces acteurs comiques, ces troupes de fantaisistes, ces réalisateurs constituent ce que l'histoire a retenu sous le vocable des " primitifs français " qui, durant la première décennie du XXe siècle, établirent les fondements du comique cinématographique. Acrobaties, poursuites, bagarres, farces, sottises, absurde, situations de vaudeville, quiproquos, tout, en fait, fut découvert par ces pionniers d'un nouvel art. Dans un film de Ferdinrd Zecca (1864-1947) du tout début du siècle (probablement 1902 ou 1903), on voit même un Noir en plastron et habit de soirée recevoir une tarte crémeuse en plein visage : cette bande marque la naissance de l'un des plus célèbres gags du cinéma.
Mais au moment du début de la Première Guerre mondiale, l'école comique française est moribonde. Tandis que la relève s'opère de l'autre côté de l'Atlantique : un ancien comédien canadien d'origine irlandaise commence à faire parler de lui. Il s'appelle de son vrai nom Michael Sinnott. Le monde ne va pas tarder à le connaître sous le pseudonyme de *Mack Sennett.
Article écrit par : Roland Lacourbe. Le 18/12/1996


*Mack Sennett : de son vivant, on l'appelait "le roi de la comédie ". C'est lui qui en tant que producteur va découvrir Charlot par exemple.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.marcynema.org/
 
CINEMA COMIQUE EN FRANCE (NAISSANCE DU) / Roland Lacourbe
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Autour de Marcynéma :: Ciné-Culture :: COMIQUE-
Sauter vers: